Les Salines et sa plage de sable blanc, la Pointe Marin et ses espaces de camping. Oui, le Sud de la Martinique est beau et les touristes comme les locaux s’y précipitent. Mais pourquoi, une fois n’est pas coutume, ne pas changer ses habitudes? Moins fréquenté, le Nord de l’île a lui aussi de (très) belles choses à offrir.

Manman Dlo, gardienne de Saint-Pierre

A l’entrée du bourg de Saint-Pierre, regardez vers la bouée jaune. Juste en-dessous, à quelques mètres de profondeurs, une sirène attend sagement, le regard tourné vers la surface. Elle s’appelle Manman Dlo, et pèse près de 20 tonnes. D’elle, vous ne verrez que son visage, et sa nageoire caudale, comme sortie du sable. Oeuvre du sculpteur martiniquais Laurent Valère, elle rend un hommage éternel à la mer. Pour lui rendre visite, deux options : un masque et un tuba suffisent pour l’observer sans trop se mouiller, mais pour les adeptes de la plongée, rien ne vous empêche de vous munir de bouteilles, pour un face à face encore plus impressionnant.

Pour avoir plus d’informations sur Manman Dlo, rendez-vous sur le site de son créateur, Laurent Valère Studio.

manmandlo02©Laurent Valère Studio

Rivières, calme et volupté 

Plus intimes et plus fraîches que les plages surexposées, les rivières du Nord savent aussi jouer de leurs charmes. Ici, poser sa serviette risque d’être un peu plus compliqué car en lieu et place des étendues de sable blanc, vous trouverez des roches plates et luisantes. Mais c’est un prix raisonnable pour pouvoir admirer les chutes d’eau dissimulées dans les falaises et profiter d’une journée en famille ou entre amis, en toute tranquillité.

ÿÿLe saut du Gendarme, à Fonds-Saint-Denis, ©Public Domain via Commons

A la découverte des îlets du Robert

Quelque part, dans la baie du Robert, une enfilade d’îlets, entourés par de somptueux fonds blancs. Parmi eux, l’îlet Chancel, l’un des plus grand de la Martinique. Au 18ème siècle, cet îlet était le théâtre de trois activités de l’époque : la poterie, une chaufournerie, et une habitation sucrière. Désormais, ne restent plus que des vestiges de ces temps révolus, envahis par une espèce rare et protégée d’iguanes, appelée « Iguana delicatissima« . Entouré de fonds blancs, l’îlet Chancel est accessible uniquement en bateau ou en kayak.

Iguana_delicatissima_au_sol ©Wikimedia Commons

Nord-Plage, le quartier fantôme

Grimpez, grimpez et lorsque vous ne pourrez pas aller plus loin, vous êtes arrivés. A l’extrême nord de l’île, dans la commune du Macouba, se trouve un village fantôme, déserté par ses habitants. La côte est abrupte et le chemin étroit. Mais niché tout en bas, le quartier de Nord-Plage défie l’océan. Le ciment des maisons est rongé par l’air marin, et le vent s’engouffre en hurlant à travers les fenêtres. Un véritable saut dans le passé, une impression de bout de monde, un paysage à mille lieux des images habituelles de cartes postales de la Martinique.

547733_4378474262948_1606234975_n©Laura Lacroix- DR

Et si vous souhaitez un véhicule pour partir à la découverte du Nord de la Martinique, ayez le réflexe Carfully ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *