Le samedi matin est propice aux grasses matinées, aux petits-déjeuners copieux, aux séances de sport déchainées ou aux activités avec les enfants. Un groupe de martiniquais, jeunes, vieux, de toutes les couleurs, de toutes les origines sociales à décider de faire rimer leur samedi matin avec partage. Il se sont réunis pour la première bourse locale d’échange des communes du centre de la Martinique, à Balata. Claudine nous a invité chez Carfully à partager avec eux leurs valeurs et leurs expériences. Plongée dans l’univers résolument engagé de la consommation collaborative en marche, an tchè péi a !

Mais… qu’est-ce qu’un Système d’Echange Local ?

Un SEL est un rassemblement de joyeuses personnes qui ont décidé de consommer autrement. Elle peuvent échanger des biens et des services, de manière multilatérale grâce à une monnaie utilisée que pour les échanges dans le groupe. Les membres du groupe peuvent échanger autant des biens, que des services sur la base d’une règle simple : Une heure de ton temps, vaut une heure du mien.

Échange_de_compétences_échange_croisé

Les SEL sont apparus aux Etats-Unis dans les années 80 et se sont vites propagés partout sur la planète. Les premièrs SEL sont apparus en France dans les années 90 et le système a vite été adopté dans de nombreuses communautés.

 

Mes premiers pas en territoire SEL

J’avance hésitant dans l’allée de cette résidence du centre de la Martinique, à Balata. Des petits panneaux SEL m’indiquent le chemin. Pétri de bonnes intentions, je sors de ma voiture et me dirige vers la maison d’Alain, qui accueille cette rencontre, première du genre dans le centre.

ALAIN

 

A peine la barrière franchie, je suis accueilli tel le père d’Akeem, roi de Zamunda, à New-York.

Pourtant, point de traitement de faveur, c’est l’ambiance maison, la culture de la communauté SEL, et je vais très vite m’y habituer. L’équipe en vert, telle une team d’avengers du partage, est mobilisée, massive et bienveillante.

On me réexplique rapidement le concept, et me pousse gentiment à me diriger vers le stand d’inscription. Le fonctionnement est simplissime. On ouvre un compte SEL et on obtient immédiatement 20 SEL à dépenser en « achat » de biens ou de services. Il est vivement conseillé d’apporter quelque chose à partager, « vendre », proposer lors de la bourse. Un petit carton est la preuve de son compte. J’apprend que les SEL ne peuvent être échangés en dehors des bourses, afin de cadrer les échanges.

Le partage des valeurs

IMG-20160430-WA0018Une fois l’impression initiale passée et la glace brisée, il ne reste que le partage. Claudine m’invite rapidement à prendre la parole afin de présenter Carfully aux membres présents. Mais absorbé par l’ambiance, je me suis déjà embarqué dans l’inscription et suis les explications de mon avenger-SEListe. Les choses importantes d’abord. Une fois mes SEL récupérés, je vais au micro. Là, je découvre une bonne cinquantaine de personnes engagées dans des échanges, des discussions, des découvertes, un véritable partage d’expériences.

Je prend la parole, répond aux questions, et s’en suit un échange intéressé, des questions riches et un intérêt sincère pour Carfully. Le message de fond est celui-là : Il y a un véritable partage de valeurs entre Carfully et les SEListes et une vision commune.

Suite à ma petite intervention, je reprend le fil du SEL, et découvre les objets en partage, les services, le fonctionnement et surtout les gens.

Le tableau d’échange des services est l’un des éléments de la bourse qui m’a le plus fasciné. On découvre tout ce que le groupe est prêt à proposer. Je pensais être original à proposer de la création de site internet, de la conception graphique, des cours de math, ou de la formation à la création d’entreprise. Mais sur tous ces services de nombreux SEListes sont déjà positionnés. On y trouve aussi des cours de Capoeira, des massages, du ménage, du jardinage, du bricolage, de l’aide et de l’accompagnement,…

Au rayon des produits, on trouve autant des pâtisseries, des gâteaux, des plantes, que des objets du quotidien.

J’ai découvert des gens extraordinaires, motivés par une vision commune plus juste et plus raisonnée de notre société. Je serai résolument aux prochains rendez-vous des SEL des communes du centre de Martinique.

Plus d’informations sur la page Facebook de SEL de Martinique.

3 thoughts on “Au coeur de la Martinique qui partage ou l’utopie pragmatique

  1. Merci pour ce beau témoignage… Très touchée par votre hommage. J’étais aux inscriptions, et toute notre équipe a aussi passé un très agréable moment… Merci à tous les nouveau selistes, la « famille » s’agrandit de nouveaux talents, contributeurs…

  2. « Le fonctionnement est simplissime. Les valeurs de solidarité et de confiance (notamment) portés par le SEL nécessitent que je m’engage en signant une charte des valeurs. Puis, je m’inscris et en échange je reçois 20 Grains de SEL à échanger contre des biens ou des services. Un petit carton m’est remis qui énumère les grains de sel à mon départ.
    Il est vivement conseillé d’apporter quelque chose à partager lors de la bourse. Nous sommes tous riches de quelque chose…  »
    Pour parvenir à nous approprier ce nouveau système, il est important de trouver d’autres mots qui portent d’autres sens…c’est très difficile après des siècles de conditionnement….Bien à vous, une avenger-seliste 😉

  3. j’y étais, c’était la première fois mais cela faisait longtemps que je voulais y participer, le samedi, c’est vrai est un peu difficile pour moi mais je ne regrette pas et à la lecture de ce résumé très touchant je me retrouve.

    Merci d’avoir exprimé ce que j’ai ressenti et … je suis même à carfully maintenant;

    Valérie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *